image1 image2 image3

Pas de calculatrice programmable au bac 2018

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Prologue

Cela vient de tomber (enfin ... c'est tombé le 17 mars 2015, mais comme j'ai toujour un train de retard ...) : à partir du 1er janvier 2018, les calculatrice programmables seront interdites aux épreuves du baccalauréat, quelle que soit la discipline, y compris les mathématiques.

Le texte officiel

On le trouve sur la page du B.O.

L'extrait qui pourrait provoquer une crise cardiaque aux élèves est le suivant :

Les matériels autorisés sont les suivants :

  • les calculatrices non programmables sans mémoire alphanumérique ;
  • les calculatrices avec mémoire alphanumérique et/ou avec écran graphique qui disposent d'une fonctionnalité « mode examen » répondant aux spécificités suivantes :

- la neutralisation temporaire de l'accès à la mémoire de la calculatrice ou l'effacement définitif de cette mémoire ;

- le blocage de toute transmission de données, que ce soit par wifi, Bluetooth ou par tout autre dispositif de communication à distance ;

- la présence d'un signal lumineux clignotant sur la tranche haute de la calculatrice, attestant du passage au « mode examen » ;

- la non réversibilité du « mode examen » durant toute la durée de l'épreuve. La sortie du «mode examen» nécessite une connexion physique, par câble, avec un ordinateur ou une calculatrice (1).

Autrement dit, dites au revoir aux calculatrices les plus répendues actuellement au lycée et dites bonjour aux calculatrices de collège et à celles possédant un mode examen neutralisant temporairement leur mémoire (elles existent déjà : regarder sur cette page).

A quoi doit-on s'attendre ?

A des candidats plus intelligents. Non ! J'déconne ! En fait, ça ne va pas changer grand-chose. Tout au long de l'année, les élèves utiliseront  leur calculatrice normalement mais j'imagine que les enseignants imposeront le mode examen lors des devoirs surveillés afin d'habituer les élèves à ne pas compter sur les éventuels programmes téléchargés sur le net et qui pourraient leur faciliter la vie.

Le mode examen ne fait que bloquer les programmes de la calculatrice. Mais cela suffit à destabiliser la communauté estudiantine. Et comme nous avons 3 ans avant que cette réforme soit en vigueur, il faut s'attendre à ce que des petits génies trouvent un moyen de contourner ce mode examen (on peut par exemple imaginer un programme qui bloque le blocage).

Que penser de cette réforme ?

Cette réforme a été adoptée dans le but d'éradiquer la fraude au baccalauréat. Mais a-t-on pensé à ce que l'utilisation des calculatrices actuelles pouvait apporter dans parler de fraudes ?

En Terminale S et ES, il n'est pas rare de devoir trouver les racines d'un polynôme du second degré au baccalauréat. Pour se faire, on doit justifier les valeurs trouvées en écrivant les formules. L'élève peut alors utiliser un programme qui calcule les racines afin de vérifier l'exactitude de sa réponse. Sans ce programme, l'élève connaissant son cours pourra tout de même trouver ces valeurs, mais peut-être en perdant un peu plus de temps histoire de ne pas faire d'erreur d'étourderie. Quant à l'élève ne sachant pas les formules, avec calculatrice, il n'aurra pas les points à la question, même s'il écrit les bonnes valeurs données par le programme ... ou peut-être 0,25. Mais dans ce cas, il suffirait de donner comme consignes aux correcteurs de ne pas attribuer de points aux réponses non justifiées. Dans ce cas, la réforme est stupide.

En géométrie, les programmes ne peuvent concerner que les nombres complexes (en calculant leur module et leur argument) et éventuellement une norme de vecteur (dans le plan ou dans l'espace), mais rien de bien folichon et compliqué, juste des programmes pour vérifier les calculs. Nous revenons donc toujours au même point : cette réforme ne sert à rien.

Il existe des calculatrices permettant d'aller sur Internet. Mais, arrêtez-moi si je me trompe, pour se connecter au web, ne faut-il pas une connexion ? Dans la mesure où les smartphones sont déjà interdits, comment une calculatrice peut-être aller sur le web si la connexion n'est pas établie ?

Bon, là, j'ai beau réfléchir, je ne comprends pas du tout cette réforme ... A moins que ... Ah mais oui ! J'ai trouvé !

Je pense que les fabricants de calculatrices (TI et CASIO) ont dû s'apercevoir que dans les familles les plus modestes, les calculatrices se passaient de frères en frères, ou de soeur en soeur, ou de soeur en frère, ou de frère en soeur ... désolé, mon esprit matheux me pousse à écrire toutes les combinaisons possibles ! Ainsi, les lobbies des fabricants de calculatrices ont sûrement fait pression sur le ministère de l'Education Nationale pour imposer l'obligation de renouveler le stock des calculatrices. N'est-ce pas comme cela que ça fonctionne en politique ?

Epilogue

En France, l'enseignement se veut équitable, égalitaire, mais force est de constater que plus les années passent, plus les parents modestes ont du mal à fournir à leurs enfants le matériel qui pourraient les aider à progresser au même rythme que les enfants des parents les plus aisés. Imaginez un élève qui s'est battu toute sa vie scolaire pour arriver au bac alors qu'il est issu d'une famille modeste. Il arrive ainsi à l'épreuve de math (par exemple) avec sa calculatrice collège (car il n'a pas la chance d'avoir des parents qui ont pu lui acheter un autre calculatrice) alors que les autres candidats (plus chanceux) ont une calculatrice programmable avec mode examen. Pour calculer des exponentielles, des logarithmes, des puissances, c'est la galère pour lui ! Il perd donc plus de temps que ses camarades ... Elle est belle l'égalité ! Bravo l'Education Nationale ! Encore un fossé qui sépare les riches des modestes ! Jusqu'ou irons-nous ?

Cette réforme, c'est de merde ! Si on veut former de vrais scientifiques, plutôt que de faire cette réforme débile, pourquoi ne pas créer des sujets de pure réflexion ? Ainsi, plus besoin de calculatrice  : seule la réflexion compte au barème, quitte à mettre le résultats des opérations dans les énoncés (par exemple : « montrer que \( f(1)=\dfrac{1-\text{e}}{\text{e}^2} \). On admettra que \(f(1)\approx-0,23\). »). En plus, sachant que dans le supérieur, la plupart des examens se déroulent sans calculatrice, cette façon de faire ne serait pas totalement stupide.

Commentaires   

+1 #2 ma-calculatrice.net 28-09-2015 22:34
Les calculatrices récentes peuvent lire les cartes mémoires , donc risque de tricher , je suis avec l'interdiction pour l'égalité des chances .
Citer
0 #1 Calculatrice 09-08-2015 16:45
C'est une bonne idée de les interdire
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

joomla templatesjoomla template
2017  Le blog de Stéphane Pasquet